FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ)

  • Quel est l’avantage de l’investissement privé et direct dans une startup?
    • Pas d’intermédiaire
    • Vous pouvez tombé sur la prochaine grosse affaire
    • Expérience pleine de satisfaction
    • Possibilité d’influencer le cours du développement de l’enteprise
  • Est-il nécessaire de disposer de beaucoup de fonds propres pour devenir un business angel ?
    Il est clair que certaines créations d’entreprises ne nécessitent pas énormément d’argent.Par conséquent, un investissement même minime (par exemple 5 000 000 FCFA) peut jouer un rôle tout à fait décisif dans le développement d’une jeune entreprise.

    Par contre, la chose la plus importante, c’est de n’investir que ce que l’on est prêt à perdre en totalité. Il n’est donc pas recommandé d’investir dans de jeunes entreprises si l’on n’a pas d’abord sécurisé sa propre situation financière ainsi que celle de sa famille.

    De jeunes entrepreneurs ou des cadres dirigeants peuvent avoir des revenus suffisants pour investir, même s’ils n’ont pas un patrimoine important.

  • Quelles sont les qualités d’un bon business angel ?
    La variété des besoins des entrepreneurs est telle qu’il n’y a pas de réponse standard à cette question. Un bon business angel est celui qui pourra pallier efficacement aux faiblesses de l’entrepreneur. Celui qui peut ouvrir les portes et négocier des partenariats contribue de manière décisive à la réussite du projet. Dans d’autres cas, c’est l’interaction humaine (le coaching) qui, à lui seul, peut s’avérer vital. On rend possible le recrutement de talents en expliquant à l’entrepreneur qu’il doit partager l’actionnariat et le pouvoir avec d’autres, par exemple.
  • Où se situe le business angels par rapport aux autres acteurs en investissement ?
    Le capital de proximité (famille, amis, anciens collègues de travail) joue souvent un rôle important pour le démarrage d’un projet, mais les sommes apportées sont la plupart du temps très modestes. De l’autre côté, les gestionnaires de fonds d’investissement ne peuvent intervenir que pour des montants élevés (souvent à partir de 500 millions fcfa). Par conséquent, il y a un besoin énorme de financement pour des projets entre 5 000 000 et 250 000 000 fcfa.Et pour les banques, l’absence d’actifs tangibles rend un financement conventionnel (bancaire) impossible. C’est là que les business angels sont irremplaçables.

    Règle général, le capital-risque emploie deux ressources : le capital et le capital-risqueur. La première ressource est relativement disponible, mais pas nécessairement pour une jeune entreprise. L’accès à la deuxième ressource est limité par la formation lente des capital-risqueurs et des divers secteurs de l’économie. La formation du capital-risqueur ne s’acquiert pas dans les écoles de commerces, mais par l’apprentissage sur le terrain.

  • Ou se situe le capital de risque en Côte d’Ivoire?
    Les Business Angels, avec les grands investisseurs institutionnels forment une branche du capital risque encore trop peu développée en Côte d’Ivoire même si l’on ne peut que saluer certaine amélioration du financement des startups. La sous-capitalisation des startups et des PME reste un problème majeur.Le milieu financier ne privilégie pas la prise de risques. Alors que les Business Angels, eux, en prennent. Contrairement aux banques, ils sont les seuls à soutenir la capacité de la startup dans cette période de fragilité qui est l’amorçage

  • Combien y a t’il de business angels en Côte d’Ivoire ?
    Le business angels est relativement nouveau en Côte d’Ivoire. Actuellement il n’existe pas de source fiable pour le connaître le nombre. Mais avec l’avennement du phénomène  « startup », le nombre est appelé à se multiplier. Il y a de nombreux particuliers qui apportent de l’aide à leurs proches : c’est ce qu’on appelle le capital de proximité, ou love money. Cela ne rentre habituellement pas dans la définition de business angel car, dans ce cas, le lien entre l’investisseur et l’entrepreneur repose sur leur connaissance préalable plus que sur la réunion de compétences.Ensuite, il y a de nombreux investisseurs, souvent entrepreneurs eux-mêmes, qui investissent mais pas de façon fréquente ni organisée. On en compte facilement des milliers.

  • Combien de temps peut s’écouler entre la première rencontre avec l’entrepreneur et l’investisseur ?
    Réponse facile : tout dépend de la maturité du projet. Plus sérieusement, si l’entrepreneur est très aguerri, déjà familier avec le financement de création et d’amorçage, et qu’il connaît de nombreuses personnes compétentes, il aura probablement l’embarras du choix pour trouver des investisseurs, et les choses peuvent aller très vite.Parfois, au contraire, le business angel jouera un rôle clé pour faire mûrir la nature même du projet, tant dans la définition de la cible de marché, du business model que du plan opérationnel. Dans ce cas, il peut s’écouler trois, quatre, six, huit mois, avant la création même de l’entreprise.

  • Quel est le taux de succès des investissements du business angels ?
    Ivoire Angels a pour mission de permettre à ses membres de réaliser des investissements profitables.
    Il est bon de retenir :

    • Le taux de succès jusqu’à la réussite financière pour des créations en prédémarrage est rare (de l’ordre de 10 %) ; pour des entreprises qui ont déjà des clients, le taux de réussite sera plus élevé.
    • La rentabilité moyenne pour un bisiness angels dépend essentiellement du niveau de réussite du meilleur investissement. Lorsqu’on a la chance d’accompagner une très belle réussite, l’investissement peut être multiplié par 10, voire 30, ou même plus…

    Néanmoins, les liquidations restent nombreuses. D’après les statistiques, sur dix jeunes entreprises accompagnées par un réseau de Business Angels, en moyenne : quatre feront faillite, trois resteront scotchées : c’est à dire qu’elles réussiront à se maintenir sans pour autant croître. Deux permettront à leurs investisseurs de récupérer leur capital initial ou de le voir multiplié par deux ou trois. Une sera un succès fulgurant, permettra de multiplier leur investissement initial par dix, quinze ou plus. C’est bien sûr l’objectif de tout Business Angel.

  • Sur l’ensemble des investissements, quel a été le pourcentage de succès?
    Il y a deux manières de compter.Premièrement, le taux d’échec : pour des créations en pré-demmarage, la réussite financière est rare (de l’ordre de 10 %) ; pour des entreprises qui ont déjà des clients, le taux de réussite sera plus élevé.

    Deuxièmement, la rentabilité moyenne de l’activité : elle dépend essentiellement du niveau de réussite du meilleur investissement. Lorsqu’on a la chance d’accompagner une très belle réussite, l’investissement peut être multiplié par 10, voire 30, ou même plus…

    Néanmoins, les liquidations restent nombreuses. D’après les statistiques, sur dix jeunes entreprises accompagnées par un réseau de Business Angels, en moyenne : quatre feront faillite, trois resteront scotchées : c’est-a?-dire qu’elles réussiront a? se maintenir sans pour autant croître. Deux permettront a? leurs investisseurs de récupérer leur capital initial ou de le voir multiplie? par deux ou trois. Une sera un succès fulgurant, permettra de multiplier leur investissement initial par dix, quinze ou plus. C’est bien sûr l’objectif de tout Business Angel.

  • Quelles sont les principales motivations de devenir business angel ?
    Chacun doit déterminer ses propres motivations et en déduire une politique d’investissement associée.Mais ont peut retenir quatre raisons qui ont amené plusieurs individus à devenir business angels :

    1. pour le plaisir de créer, de satisfaire des besoins nouveaux, de bâtir un succès avec des gens de talent ;
    2. jouer un rôle dans le processus et influencer le cours de son investissement
    3. développer son patrimoine, en acceptant au départ qu’il y a des chances de perdre ou de gagner gros;
    4. pour la satisfaction de l’utilité sociale, la contribution à la création d’emplois et de richesses en Côte d’Ivoire, le soutien à la jeunesse Ivoirienne qui est prête à innover et sortir des santier battus.
  • Est-ca problématique pour une startup quand l’ange choisis de se retirer (exit) après quelques années ?
    La réponse simple est non ! Le problème principal auquel fait face les business angels, c’est justement d’être dans l’incapacité de se retirer. En effet, très souvent, les entreprises survivent, payent des salaires, rémunèrent leurs dirigeants, mais n’ont ni les résultats, ni la taille suffisante pour trouver un acheteur pour les titres détenus par le business angel.
  • Existe-t-il des formations pour devenir business angel ?
    Certains réseaux de business angels organisent des sessions de formation. Ivoire angels prévoit êtes actif à ce niveau.Certains business angels sont eux-mêmes compétents sur certains aspects, notamment ceux qui sont des professionnels de la finance ou du droit.

  • Est-ce qu’on peut gagner correctement sa vie en tant que business angel ?
    Globalement, l’activité n’est probablement pas particulièrement rentable, mais la moyenne résulte d’une formidable dispersion des résultats.Je suis convaincu que cette activité, menée avec professionnalisme et rigueur, peut permettre une augmentation de son patrimoine. Et si on la pratique avec plaisir, la rémunération du temps qu’on y passe est secondaire.

  • Quelle est l’implication du business angels dans un investissement ?
    Chacun décide du temps et de l’énergie qu’il souhaite consacrer aux entrepreneurs, et les choisir en conséquence.

    Son implication est participative et variée : le coaching, la participation au conseil d’administration, la promotion du projet auprès de son réseau d’affaires ou l’élaboration de stratégies d’entreprise.

    Chaque membre prend personnellement les décisions relatives à ses investissements. Il s’engage au sein de projets d’a aires répondant à ses critères d’investissement.

  • Quelle est la tranche d’investissement habituelle ?
    Chaque personne décide de l’entreprise et du montant qu’elle veut investir.

    De 1 à 20 millions de fcfa par projet. L’investissement providentiel est extrêmement risqué et un investisseur ne devrait pas en faire s’il ne peut absorber la perte complète de son investissement.

  • Où se situe le business angels par rapport aux autres acteurs en investissement ?
    Le capital de proximité ou « love money » (famille, amis, anciens collègues de travail) joue un rôle important pour le démarrage d’un projet, mais les sommes apportées sont la plupart du temps très modestes. De l’autre côté, les gestionnaires de fonds d’investissement ne s’impliquent généralement pas dans les activités de l’entreprise et ne peuvent intervenir que pour des montants élevés (souvent à partir de 500 millions fcfa).

    Par conséquent, il y a un besoin énorme de financement pour des projets entre 5 000 000 et 250 000 000 fcfa.

    Et pour les banques, l’absence d’actifs tangibles rend un financement conventionnel (bancaire) impossible. C’est là que les business angels sont irremplaçables.

    Règle général, le capital-risque emploie deux ressources : le capital et le capital-risqueur. La première ressource est relativement disponible, mais pas nécessairement pour une jeune entreprise. L’accès à la deuxième ressource est limité par la formation lente des capital-risqueurs et des divers secteurs de l’économie. La formation du capital-risqueur ne s’acquiert pas dans les écoles de commerces, mais par l’apprentissage sur le terrain.

  • Combien de temps pour joindre Ivoire Angels ?
    Le processus prend quelques semaines. Avant de devenir membre, il est recommandé de rencontrer des membres actuels d’Ivoire Angels.N’hésitez pas à nous contacter à ce sujet.

  • Que se passe-t-il si je ne fais aucun investissement pendant un an ?
    Ivoire Angels recherche des membres actifs.Si vous n’investissez pas ou ne contribuez pas à la croissance du groupe, Ivoire Angels n’est pas la bonne organisation pour vous.

  • Quelle est la tranche d’investissement habituelle ?
    De 1 à 5 millions de fcfa. L’investissement providentiel est extrêmement risqué et un investisseur ne devrait pas en faire s’il ne peut absorber la perte complète de son investissement. Chaque personne décide de l’entreprise et du montant qu’elle veut investir.
  • Comment réduire le risque de l’investissement providentiel ?
    De par sa nature, l’investissement providentiel est très risqué. Tout comme pour d’autres classes d’investissement, le risque est diminué en diversifiant ses avoirs dans un vaste portefeuille.
top